Made in par ici

Que retiendra la Haute-Marne de cette 43e semaine de l’année ? Pour votre serviteur, plumitif laborieux et néanmoins privilégié, ce sera la préfète, vendredi soir, qui convoque les valeurs républicaines aux épousailles de l’érudition et des tripes. Elle excelle dans ce registre, à chaque cérémonie de naturalisation. On était entre nous : à la fin, il n’y avait plus que des Français dans la salle.

À quelques jours du lancement officiel du Parc national sortent enfin de terre des projets liés à celui-ci ; la filière simmental par exemple (JHM du 25 octobre p. 2). Depuis dix ans, les Haut-Marnais s’étripent autour du Parc. Les voilà enfin qui s’associent pour en tirer quelque avantage !

Ce fameux Parc arrive au meilleur – ou au pire -moment : celui qui voit l’humanité se préoccuper comme jamais dans son Histoire de l’environnement. Nous valorisons nos feuillus pile-poil au moment où l’humain se soucie de la gestion du carbone.

Il n’y a pas que les projets, pour sortir de terre, en automne. Les radars tourelles, aussi, avec leur profil de cyber-asperge. Je leur préfère de loin un autre champignon qui gagnerait sans doute à quelque médiatique rapprochement avec la simmental : la truffe.

L’association départementale pour la promotion de la truffe de Bourgogne en Haute-Marne (ADT 52) nous promet pour dimanche prochain, à Richebourg, une brouillade truffée 100 % locale. Qui n’a jamais goûté la brouillade truffée, la vraie, celle d’ici, ne mérite pas de vivre… en Haute-Marne. La brouillade truffée, lorsqu’elle titille le nez avant de pénétrer en bouche comme dans une chambre nuptiale, donne du sens aux sens. Nous rapproche du divin. À tout le moins du terroir dans ce qu’il a de meilleur. Tout sera local, tout sera nature : les truffes, les œufs, le pain. Essayez de vous procurer la même chose à Paris ou New York, au même prix.

En l’allégeant de ses lettres superflues, les bénévoles de l’ADT nous rappellent que dans “territoire” reste tapi sous un manteau de feuilles humides le mot “terroir“ ; la quintessence de ce que le temps a produit de meilleur le long des rives du cours haut de la rivière Marne. Cette science, le cavage, l’ADT la fait rimer avec partage : une autre valeur qui monte chez ceux qui se soucient de ne pas insulter l’avenir de l’humanité. On leur sait infiniment gré de faire ce qu’ils font, d’être ce qu’ils sont ; d’extraire de territoire ses lettres de noblesse.

JHM du 27 octobre 2019

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *