À tire-d’aile

Que retiendra la Haute-Marne de cette 44e semaine ? Sous un ciel habité de cris de vie et de liberté, m’est revenue en mémoire la réflexion du sage qui partage l’humanité en deux catégories : ceux qui regardent leurs pieds, le sol, là où ils marchent. Ils sont prudents et prévisibles. Et ceux, a priori moins nombreux, qui ont toujours le nez en l’air ; ils déchiffrent la forme des nuages ou fouillent la voûte obscure jusqu’à identifier la Grande Ourse. De doux rêveurs plutôt créatifs. Cette semaine, ces derniers ont pu admirer à maintes reprises dans le ciel de Haute-Marne des vols de grues.

Précisons tout de suite aux sourcilleux Chaumontais que les grues – engins de levage – du chantier de Palestra n’ont pas été dérobées : un vol de grues, c’est là-haut que cela se passe. Par là-haut, j’entends dans le nord de la Haute-Marne ; là où des rafales de formations en V nous relient à la Nature telle qu’elle s’exprime depuis des temps immémoriaux.

J’ai discuté avec des Bragards, justement, cette semaine, de la Nature. Du Parc. L’acte fondateur nous est promis pour vendredi. Mais le nous est ici abusif. Ils s’en tapent d’une force, les Bragards, du Parc ! Cette opinion résume en soi la problématique ancestrale de notre territoire écartelé en tout.

Allez, quelques bonnes nouvelles économiques pour conclure cet articulet sans prétention : au cœur d’un reportage en compagnie d’un plumitif laborieux astreint à chronique, une jeune collègue toujours bien mise dit au Monsieur : je peux toucher vos boules ? On se calme ! Il s’agissait – vous l’avez tous deviné – de boules de pétanque de compétition, conçues et fabriquées en Haute-Marne, et qui se vendent tellement bien que l’entreprise s’apprête à construire un nouveau bâtiment et sans doute à terme créer de l’emploi.

À deux pas : Marle. L’emblématique leader mondial de la prothèse de hanche est racheté par un groupe français. C’est particulièrement appréciable pour la stabilité, donc l’avenir. Enfin, à Breuvannes, Rostan, qui appartenait à des Suisses, est racheté par un Français revenu à tire-d’aile dans le Bassigny. Vous patienterez bien jusqu’à l’excellente rubrique éco de mardi pour en connaître davantage !

JHM du 3 novembre 2019

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *