Les leçons du Bus Gate

Que retiendra la Haute-Marne de cette 19e semaine de l’année ? La deuxième finale consécutive perdue par le CVB ou l’accession pour la 3e année consécutive à cette même finale du championnat ? Quelle moitié du verre sélectionnera notre mémoire ? Dans l’attente, commençons par sourire un peu.

Mardi, le CVB 52 dispute donc le premier match d’une finale de Championnat de France à Reims. Les supporters haut-marnais se rendent donc vers la cathédrale pour le sacre. Ils sont organisés en deux clubs. Les deux groupes ne se mélangent pas davantage dans les bus que dans la petite tribune. L’un des bus, disons le A, transportant l’un des clubs, crève un pneu. Il s’arrête sur une aire de repos pour constater l’ampleur des dégâts. Les autres bus se garent aussi. Dans un autre bus, le B, un des membres de l’autre club – qu’il faut bien qualifier ici de rival, insinue que «c’est les jeunes qui demandent de s’arrêter pour boire et fumer». La citation, purement anecdotique pour vous, commun des mortels, lecteur aimé, et moi, plumitif laborieux, est reprise entre guillemets dans le JHM du mercredi 8 page 12. Mais pour d’autres (ceux du bus A), elle engendre un psychodrame inattendu. Une polémique – doux euphémisme – enflamme Facebook. Le journal y est traîné dans la boue. Les esprits s’échauffent, confondent tout, exigent réparation, vitupèrent, menacent…

Les faits n’appelaient qu’à sourire ; ils sont prêts à s’écharper. Et surtout, ils oublient l’essentiel : un tie-break admirable avec un titre de Champion en jeu.

Le sage montre la lune, le sot ne voit que le doigt. Le réel montre un titre frôlé, une saison admirable. Le fat ne voit qu’un pneu troué et une ligne dans la presse.

A ? B ? On se gardera bien ici de prendre parti.

On retiendra de cette anecdoticule* que deux associations de supporters, très limitées en nombre d’adhérents, ne se… supportent pas. Comme s’il s’agissait du PSG ! ; comme si on était à Paris ! Comique.

Révélateur aussi. La petite tribune, ou les bus A et B, c’est la Haute-Marne : un tout petit territoire, très peu d’individus, et une incapacité rédhibitoire à mener ensemble un projet.

Comment voulez-vous qu’on s’en sorte avec autant de mépris pour le réel ?

* néologisme hasardeux, synthèse plumitivement laborieuse d’“anecdote ridicule”.

JHM du 12 mai 2019

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *