L’énergie noire et la notion de vide

Que retiendra la Haute-Marne de cette 8e semaine de l’année. Que les débats se poursuivent ? Pas partout, on va le voir. Il y eut d’abord celui organisé dimanche par les Gilets jaunes à Chaumont. Les préve… Pardon, les élus, assis seuls en face des Gilets jaunes, devaient répondre aux accusa…, pardon, décidément…, aux questions.

Celui de jeudi, salle Niederberger, correspondait davantage à l’idée qu’un plumitif laborieux se fait de la notion de débat : des gens de tous bords lançaient des idées, s’écoutaient et parfois se répondaient. À dessein, j’écris “des gens de tous bords”, et pas “des gens de tous âges”. Dieu merci, l’assistance comptait quelques des Gilets jaunes.

Mais bon. Ce n’est ni le président Macron ni les Gilets jaunes qui ont inventé le débat. Les Grecs, il y a longtemps… Qu’est-ce qu’un Conseil municipal sinon une instance de débats ?

Arrivé là dans la lecture de cet articulet sans prétention, j’ouvre une parenthèse prétendument savante sur le numéro de mars de Sciences et Avenir. On y dévore un gros dossier sur la cité lingon…… Pardon, sur l’énergie noire, les neutrinos stériles, les galaxies sombres, bref, la notion de vide. Plus je lisais ces papiers passionnants, plus je songeais à celui paru jeudi en page Langres du JHM.

Bon, on sait que tout va bien à Langres. La population, jeune, connaît une croissance exponentielle, l’habitat est en parfait état, l’économie florissante, le commerce jubilatoire etc. Donc, réunion du Conseil municipal. Dix-sept élus sont présents, soit juste deux de plus que le quorum. Déjà, là…

Mais on se dit : ils vont travailler, ils vont débattre. Ils ont tous été élus pour ça, non ?

Non, justement.

L’opposition, fascinée par le néant – et qui sait soustraire – se rend compte que si elle quitte la salle, le quorum explose comme une supernovæ titillée par un trou noir. L’opposition en question, donc, s’en va. Plus de débat. Plus de Conseil.

Ce n’est pas comme si Langres avait des problèmes. Les conseillers municipaux travailleront une autre fois.

Notre époque hépatique se plaît à jeter la suspicion sur certains élus. Et tous en font les frais, d’où le tribunal inconscient évoqué dans le premier paragraphe.

Si je votais à Langres, moi, la prochaine fois…

JHM du 24 février 2019

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *