La chaîne des pourquoi

Que retiendra la Haute-Marne de cette 8e semaine ? Qu’il ne fait point bon vieillir de part et d’autre des rives du cours haut de la rivière Marne. Le témoignage du couple de Rolampontais âgés qui ne parvient pas à se faire vacciner est édifiant (JHM de jeudi 25 p. 14). Chaque jour, des Haut-Marnais appellent au Journal pour témoigner de leur impuissance à prendre le fameux rendez-vous. Parfois aussi en termes peu amènes pour nous reprocher de publier de « faux articles » sur de faux vaccins, ou de publier de faux numéros de téléphone.

La première cause de leur ire plonge ses racines dans la pénurie de vaccins. Point. Ne cherchez pas plus loin. On m’a cité le cas d’un Haut-Marnais qui avait appelé 300 fois afin d’obtenir un rendez-vous pour son père. Aussi longtemps que sévira la pénurie de vaccins, cela restera vain.

Vous verrez : lorsque les vaccins arriveront en masse, les rendez-vous ne relèveront plus du fantasme, pour ceux qui auront passé l’hiver.

Pourquoi ? Parce que nos laboratoires n’ont pas su les inventer et notre industrie les produire.

Pourquoi ? Parce qu’en France, depuis des années, sous tous les gouvernements, la recherche est restée le parent pauvre des budgets ; et l’Université qui forme les chercheurs se trouve à peine mieux lotie. À l’horizon se profilent déjà des élections. Instruits que nous sommes par l’expérience, intéressons-nous de près aux programmes qui vont nous être proposés. À l’échelle nationale, à l’échelle régionale et à l’échelle départementale. Les élus qui n’ont pas fait les choix les plus pertinents, qui les a mis aux affaires ? Nous. Pourquoi ?

Jeudi à Langres, je vous représentais lors d’une conférence de Michaela Merk consacrée au leadership. L’intervenante expliquait que le fait de dire merci secrétait dans le cerveau de la dopamine et de la sérotonine. Des chercheurs – à l’étranger (voir ci-dessus) – l’ont démontré. Au sein de l’entreprise, mais j’imagine, dans la variété de tous les actes de la vie, il convient d’inspirer et d’exprimer de la gratitude. Après toutes ces années de complicité patiemment édifiée entre nous, qu’il soit permis au plumitif laborieux astreint à chronique de vous savoir gré de votre fidélité et de votre mansuétude. MERCI.

JHM du 28 février 2021

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *