Invariant

Que retiendra la Haute-Marne de cette deuxième semaine ? Que le vaccin a commencé à être administré dans les Ehpad. Puis aux soignants de plus de 50 ans. On renoue ici une fois encore avec le même registre : LE virus. Mais doit-on encore user du “LE” tant il s’avère singulier, car pluriel, ce virus. A priori, il semblerait que le prolifique démiurge du chaos soit chinois. Plus tard fut identifié un variant anglais ; un autre, sud-africain a suivi. La semaine dernière, un japonais est apparu.

On nous cache tout ; on ne nous dit rien, notamment sur le variant haut-marnais. Donc voilà : il est issu du croisement d’un sanglier avec un ruminant commun dont le lait a servi à préparer un fromage local consommé par… les premiers malades de ce variant.

Les scientifiques l’ont surnommé HM-21. Permettez au plumitif laborieux astreint à chronique comme au port du masque à vous en révéler en exclusivité ses caractéristiques telles qu’actuellement repérées : le variant HM21 est rural et se reproduit peu. Quand il fait des petits, ils évacuent assez tôt le corps malade. Curieux ! Ne tentez pas de l’éliminer avec un gel hydroalcoolique : le HM-21 sécrète lui même un anticorps local, appelé “goutte” qui titre plus fort en alcool que n’importe quel produit vendu en pharmacie. Il est donc alcoolo-résistant. Les études ont révélé chez ce variant très minoritaire en nombre une propension à se comporter de manière compulsionnelle comme un antibiotique : il chasse. Il chasse selon un cycle quasi hebdomadaire, en saison froide. Revisitant le mythe d’Œdipe mâtiné de gel hydroalcoolique, mais sans hydro et plus gouleyant qu’un gel, il est mortel… pour les sangliers.

La bonne nouvelle est venue du trait vert de la courbe du taux d’incidence (JHM de samedi 16 p. 4) : enfin attiré vers le bas, il remonte notre moral. Ça, c’est invariant.

JHM du 17 janvier 2021

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *