En vert et avec tous

Que retiendra la Haute-Marne de cette 28e semaine de l’année ? La détermination (doux euphémisme) de Jean-Jacques Bayer ? Ce n’est pas exactement un anarchiste nihiliste, le maire de la Porte du Der. Pourtant, sans doute mordu par un grand murin qui aurait avalé une chenille urticante, en Conseil d’agglo, il a voté contre une délibération qui augmentait les ressources de toutes les communes (JHM du 10 juillet p. 8).

Peu importe ses motivations, que l’on imagine fondées. Les conséquences nous interpellent ici : il s’est mis tous les autres à dos. Est-ce qu’un élu peut avoir raison contre tous les autres ? A priori c’est théoriquement possible. Prenons de la hauteur. Ça ne vous rappelle pas furieusement la cour de récré des grandes sections, ou encore la salle multi activités de l’ehpad ? Il y en a toujours un(e) qui va pourrir la vie des autres. Un qui veut réécrire les règles du jeu. Pour se faire remarquer. Pour exister. Ça s’appelle aussi la société humaine. Ça n’a jamais été simple, l’exploration de l’humain.

Animal explora non plus. Cela fait 20 ans que cela dure. Nicolas Lacroix débloque enfin les choses (JHM des 12 et 13 juillet). Le territoire qui héberge Cigéo peut-il se permettre de refuser Animal Explora ou d’ailleurs tout ce qui touche à la Nature ?

Le reste du monde – proche famille de Donald Trump exceptée – nous dit que l’avenir est naturel ou ne sera pas ; et nous ? On chipoterait pour le Parc, afin de savoir où on va mettre le bureau du directeur ! Et le placard à balai, on le construit dans quel département ? On ne pourrait pas, pour une fois, mettre les villages gaulois (Auberive, Châteauvillain, Arc, ET les Côtedoriens) dans la même marmite, et se dire : on est tous d’ici, on est tous dans la m… armitte ; alors, bossons ensemble, parce que des opportunités aussi connectées avec l’époque que le Parc ou Animal explora, on n’en recroisera pas de sitôt. À ceux qui agitent ici ou là le spectre d’une éventuelle matière à recours en Conseil d’État, je dis qu’il leur faudra assumer leur politique du frein à main devant leurs enfants avant qu’ils ne désertent.

Il y a des gens bien partout sur le vaste territoire en question. Ils ont fait leurs preuves dans leur coin, dans leur registre, dans leur job, dans leur association, dans leur mairie. Ils attendent quoi pour regarder ensemble dans la même direction ? Tel une improbable aurore boréale, l’horizon se nimbe de vert. Et nous, ici, maintenant, on fait quoi ? On compte les coups ?

JHM du 14 juillet 2019

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *