Beaucoup de bruit

Que retiendra la Haute-Marne de cette 34e semaine ? J’écrirais pudiquement : des nuisances sonores. Que les tympans bragards éprouvent une forme discrète de lassitude, assaillis qu’ils sont à longueur d’année par des rafales de décibels venus du ciel (JHM du 21 août). Cela dure depuis des décennies. Un jet a franchi le mur du son à la verticale de la maternité de l’hôpital (l’ancien, aux Ajots) au moment de ma naissance. Dès mes premiers instants, j’étais destiné à ne jamais être entendu.

Au pied des tours, j’ai grandi (peu), accompagné par le doux feulement des réacteurs des Mirage IV puis des Jaguars. Je rêvais secrètement pour moi à un glorieux destin : dans le sport, comme boxeur ou joueur de base-ball, ou dans la politique, comme élu de la République. La vie en a décidé autrement : limité en tout domaine, j’ai échoué dans ces colonnes comme plumitif laborieux astreint à chronique. L’enfant du Vert-Bois que je fus doit-il pour autant envier ceux qui ont réussi dans le noble art, ou dans la vie publique ? Voire qui ont su marier ces deux talents pour… sombrer dans la rubrique faits divers du même JHM de vendredi ? Car là aussi, il semble bien qu’un excès de décibels ait lancé le premier round. La musique était peut-être mâtinée d’un peu d’alcool ? Non ? Les mœurs nullement adoucies, l’élu du Rassemblement national (chut, bon sang ; Il ne fallait pas le dire !) a montré davantage de prestance avec sa batte de base-ball que derrière son micro du Conseil départemental.

De toute évidence, les pics de température ont fait fondre certains fusibles ; les fils du haut se touchent plus facilement lorsque le mercure joue au yoyo : tel ce conducteur un poil nerveux du centre-ville de Chaumont qui tabasse l’agent municipal qui lui demande de déplacer son véhicule. La psychiatre interrogée sur le phénomène explique (JHM du 22 août p. 19) que, pour répondre à cette violence, « il faut de l’art et de la culture ». Euh, comment dire ? Je ne suis pas certain que la Justice l’invite à déclamer du Rimbaud. L’aquarelle, à la limite ? Ça ne fait pas de bruit.

JHM du 23 août 2020

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *