Galaxies : nouvelles révélations

Que retiendra la Haute-Marne de cette 38e semaine ? Entendu sous les ors de la République : où vont-ils déplacer la sous-préfecture de Saint-Dizier ? Enfant du Vert-Bois, je milite pour l’hypothèse pro domo. Cela aurait de la gueule, ce message de l’État aux enfants du Vert-Bois d’aujourd’hui : une sous-préfecture toute neuve, proche, valorisante. Gamin, j’ai assisté à la construction de ce qui allait devenir la MJC. Je n’avais aucune idée de ce que c’était comme ils n’ont aucune idée de ce qu’est une sous-préfecture. Mais j’étais fier que ce soit là, devant MON bâtiment. Je dis ça, je ne dis rien.

J’ai lu quelque part que les galaxies s’éloignent forcément toutes les unes des autres à une vitesse un tantinet supérieure à 80 km/h. C’est inexact. Pas toutes. Dans l’immensité stellaire, j’en ai observé vendredi soir qui se rapprochaient ; elles poussaient même la séduction en interagissant l’une sur l’autre.

Même constat le matin même au lycée Decomble à Chaumont. Une réunion associait des enseignants, des étudiants et des entreprises. Déjà, en soi…

La présidente de Nogentech, dont je tairai le nom ici cette semaine, n’a eu de cesse de féliciter le camp d’en face. «Monsieur Cousin, un enseignant exemplaire, soyez en fiers» explique-t-elle aux étudiants. Les enseignants lui rendent la politesse, louant la complémentarité des entreprises dans la formation.

Parfois, il faut se retourner, se souvenir d’où on vient. J’ai connu une époque où l’entreprise – sorte de trou noir de la pensée – n’aurait pas mis un pied dans un lycée, alors que les décideurs de l’industrie pensaient pis que pendre des enseignants. Que de progrès ! De vrais progrès, dont profitent les jeunes visiblement ravis de voir que l’avenir leur adresse des clins d’œil gourmands. Tout le monde en sort gagnant, surtout dans le contexte que l’on sait, évoqué l’autre jour à Langres, toujours dans le monde de l’entreprise : « quand on recrute quelqu’un, on ne met pas “Langres” dans l’annonce, on met “région de Dijon” ». Ca rend humble.

Le jour où on mettra “Haute-Marne” pour attirer les talents ici, on aura gagné. Comme ont gagné les entreprises et les enseignants qui ont bataillé ensemble deux années durant pour monter avec succès ce BTS au lycée Decomble. C’était vers la fin de l’anthropocène, quand deux galaxies, l’enseignement et l’entreprise, se sont trouvées.

JHM du 22 septembre 2019

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *